Portrait de Jean Prouvé - Fonds Vera Cardot et Pierre Joly - © Centre Pompidou Mnam/Cci Bibliothèque Kandinsky

Fils de Victor Prouvé, co-fondateur de l'Ecole de Nancy, Jean Prouvé est mis en apprentissage de 1917 à 1919 chez le Maitre Ferronier Emile Robert. Il ouvre en 1924 son premier atelier rue du Général Castine à Nancy et l'équipe d'un matériel de soudure électrique qui lui permet d'utiliser la tôle d'acier de faible épaisseur pour ses premiers prototypes de meubles. En 1929, il est l'un des membres fondateurs de l'U.A.M. (Union des Artistes Modernes)

En 1931, dans ses nouveaux ateliers à Nancy il exploite des brevets concernant des systèmes mobiles de second oeuvre.

En 1933, le projet de gare routière Citroën pour La Villette lui permet d'élaborer des principes de préfabrication qu'il développera ensuite dans des collaborations avec les architectes Beaudouin et Lods (aéroclub Roland-Garros à Buc en 1935, Maison du Peuple de Clichy en 1937).

En 1939, il met au point des systèmes de construction rapide, dont le système à "portiques" qui, en 1945 permettra l'hébergement dans 450 baraquements des sinistrés de Lorraine. Les commandes importantes qu'il reçoit alors, le conduisent, en 1947, à installer l'entreprise dans une usine à Maxeville.

Au début des années 50, il s'interesse à un nouveau principe constructif : le noyeau porteur qu'il développe avec de jeunes architectes (Belmont, Silvy, Nardin, Oudot, Carim). Avec eux, il accepte l'utilisation du béton armé dans le projet d'un bâtiment de 20 étages pour la cité universitaire de Nancy et d'une tour pour la future université européenne de Nancy.
Sur ce même principe, avec Maurice Silvy, il imagine la maison Alba reprise en 1956 pour la Maison des Jours Meilleurs de l'Abbé Pierre. Dans ces mêmes années, il met au point d'autres systèmes constructifs (coques, sheds), mais en 1953, il est contraint de quitter l'usine de Maxeville.

En 1954, il conçoit et construit le Pavillon du Centenaire de l'Aluminium et fonde deux ans plus tard la Société "Les Constructions Jean Prouvé". Le principe de la structure à béquilles lui permet de réaliser en 1956 la Buvette de la Source Cachat à Evian et en 1957 l'Ecole de Villejuif.

En 1957, les Constructions Jean Prouvé fusionnent avec la CIMT (Compagnie Industrielle de Matériel de Transport) ; Prouvé est nommé responsable du département bâtiment et développe le principe du mur-rideau et, avec Leon Petroff, un système de toiture réticulaire à surface variable. Simultanément, il enseigne au Conservatoire National des Arts et Métiers à Paris.

En 1971 son rôle de président du Jury de Concours pour le Centre Georges Pompidou sera déterminant dans le choix du projet lauréat.

Le début des années 80, sont des années de reconnaissance avec la remise du prix Erasme, le grand Prix d’architecture et deux expositions à Paris – l’une au Musée des arts décoratifs et l’autre à l’Institut Français d’architecture.